Ah Sahara, Sahara, Sahara...

Besoin primaire et vital pour chacun d'entre nous, parlons-en !
Répondre
PatrickT
Messages : 38
Enregistré le : sam. 15 juil. 2017 12:34

Ah Sahara, Sahara, Sahara...

Message par PatrickT » sam. 24 août 2019 16:57

Ah Sahara, Sahara, Sahara, nos ploutocraties sont balivernes,
Ah Sahara, Sahara, Sahara, tout politichien, lors, nous tuera…

Une petite blague de mon adolescence :
L’Alaska, à l’époque, manquant de bois de chauffage, recrutait des bûcherons. Deux frères se présentèrent au gouverneur, qui lui demanda s’ils avaient des références.
Oui, répondirent-ils, nous sommes descendants d’une famille de bûcherons qui avons sévi dans nombre de territoires !
Lesquels, par exemple ? interrogea le gouverneur.
Le Sahara, que nous avons écumé depuis des siècles ! répondirent de concert les deux frères.
Mais il n’y a pas d’arbres au Sahara, s’étonna le gouverneur.
Ah, pardon, votre Excellence, nuance, il n’y en a plus !

(un ange passe)

Dans quelques dizaines d’années, deux ou trois tout au plus, des enfants pourront connaître une blague comparable qui fera état de la ‘plus grande forêt du monde’. Et les explorateurs de l’époque diront que c’est celle de la Sibérie. Et ceux qui évoqueront l’AMAZONIE feront rire tout le monde car on leur répondra qu’il n’y a plus d’arbre en Amazonie. De la savane, des marécages, des millions de champs de soja et des milliers de fermes de dix mille vaches. Merveille des merveilles n’est-ce pas ?

(une troupe d’anges passe)

Après tout, je n’en ai rien à faire. C’est le problème des Amazoniens, n’est-ce pas. Laissez-moi mon steak quotidien, ma voiture, mon carburant, mon chauffage, mon climatiseur, ma poule au pot dominicale et tout va bien. Et aussi mon revenu minimum, ma retraite pour laquelle j’ai bossé toute ma vie, et le reste je ne suis responsable de rien. De rien, vraiment.

(un troupeau de démons ricane à l’horizon)

Dis papy, c’est grave ce qu’il se passe en Amazonie ?
Mais non, ce sont des indigènes pas très modernes qui brûlent des mauvaises herbes. Bon, c’est vrai, en un peu trop grandes quantités, mais tu sais, des herbes, là-bas, ils en ont vraiment beaucoup.
Ah bin tu me rassures. Qu’est-ce qu’on mange ce midi, papy ?
Des steaks hachés !
Génial, papy ! C’est super bon ! T’es le meilleur !

(un troupeau de démons s’esclaffe sur le pas de la porte)

Les feux d’Amazonie, qui ont à ce jour une ampleur inouïe et des conséquences mortelles sur le devenir de la planète, oserais-je dire NOTRE planète, sont provoqués par des indigènes qui se situent au-dessous du seuil de pauvreté, ont du mal à nourrir leur famille, et détruisent des zones forestières, sous les injonctions des multinationales et des autorités politiques, pour y planter du soja destiné aux industries bétaillères occidentales, ou y élever des bovins eux aussi destinés aux consommateurs occidentaux.

(une horde de démons meurt de rire)

Les prémices de ce désastre se déroulent sous nos yeux. Amusés, sûrement. Médusés, plus rarement.
Pourtant, lorsque l’Amazonie sera réduite à l’état de cendres, les catastrophes climatiques prendront une ampleur que nous n’imaginons aucunement à ce jour.
Alors, comme je disais précédemment, je m’en soucie peu. Je serai mort avant que cela ne survienne.
Mais si tout un chacun s’en moque autant, peu de chance de changer quoi que ce soit.

Petits détails de changements possibles.
Diminuer de manière drastique la consommation de viande. Et privilégier des viandes du terroir, nourries par des éleveurs et des productions de fourrages autochtones. Favoriser la consommation de poissons pélagiques, à renouvellement constant (hareng, sardine, maquereau). Préférer de consommer des fruits et des légumes de terroir, de saison, identifiant des producteurs locaux.
Et bien entendu, éradiquer toutes productions alimentaires industrielles.
Et surtout, communiquer de tels messages à nos proches, afin de tenter d’influencer positivement nos habitudes alimentaires, et aussi de nous faire prendre conscience que tout n’est pas seulement de la faute des chinois, des indiens et des papous.

Mais bon, comme le disait Raffarin, la route est droite mais la pente est forte…
N’est-ce pas ?

(démons s’émerveillent…)
:twisted:

PatrickT
Messages : 38
Enregistré le : sam. 15 juil. 2017 12:34

1ère forêt en Russie

Message par PatrickT » dim. 25 août 2019 10:29

Pour la précision historique vis-à-vis du message posté précédemment, c'est la Russie qui détient depuis toujours la plus grande superficie de forêt du monde. Mais les arbres de cette forêt sont très majoritairement des pins et résineux, ce qui est fort différent des feuillus qui constituent l'essentiel de la forêt Amazonienne.
Pour les amateurs de données, voici les superficie des forêts au sein des pays qui en détiennent les plus grandes surfaces.
ForetsSuperficies.png
ForetsSuperficies.png (15.98 Kio) Vu 101 fois
source Wikipedia

AnnickD
Messages : 93
Enregistré le : mar. 18 juil. 2017 09:40

Re: Ah Sahara, Sahara, Sahara...

Message par AnnickD » dim. 25 août 2019 22:42

Votre indignation est plus que compréhensible et je la partage. Cependant je trouve votre conclusion un peu simpliste.
Il est vrai que chaque goutte d’eau fait une grande rivière, et que chaque petite chose peu contribuer au changement climatique et que les exemples que vous donnez en sont la preuve mais il nous faut quand même passer par des intermédiaires pour trouver toute notre alimentation même la bio et on vient d’épingler les grandes surfaces pour le taux de profit exorbitant pris sur ces produits.
Les écosystèmes atteignent un risque majeur d’effondrement à cause de la déforestation. Et cela pour permettre le développement de juteux projets miniers ou la monoculture intensive, détruisant par là même les ressources en eau potable comme la biodiversité.
En à peine un an, la déforestation de l’Amazonie a augmenté de 88 % (énorme) poussant La Norvège et l’Allemagne à bloquer leurs subventions destinées au Brésil.
Affairiste et climatosceptique, Jair Bolsonaro se moque ouvertement des défenseurs de l’environnement. En début de mois il suggérait à un journaliste, pour sauver la planète, de manger un peu moins ou de « faire caca » un jour sur 2. Cela rejoint un peu les exemples que nous donnons pour réaliser du positif, mais ne nous trompons pas de combat. Encore un « petit détail » ! Les 1% les plus riches de la planète émettent 2000 à 3000 fois plus de gaz à effet de serre que les 10% les plus pauvres. A l’échelle de la France, il faut multiplier par 40 les émissions des plus modestes pour atteindre celle des plus aisés. Et le G7, malheureusement n’ira certainement pas au bout d’une démarche qui diminuerait les inégalités et favoriserait la transition écologique.
Alors au travail sortons bêche et râteau élevons des poules etc…mais attention d’où viennent les graines et le grain des poules !

Répondre